Accueil » Malchance de tous les jours » Ma vie, ce chaos …

Aujourd’hui, je suis au bord des larmes après une énième mauvaise nouvelle. Je me remets en boucle ce que j’ai vécu jusqu’à présent et je suis fatiguée de me battre sans arrêt. J’ai un peu de mal à m’en remettre…

Peut -être dans l’espoir d’être entendue, voire d’être aidée, ou par masochisme, (même moi, je me demande), je tapote « malchance » sur google et je tombe sur ce drôle de site.

Ca tombe bien, j’avais comme une envie de tout déverser quelque part… Et c’est ici que je choisi de déposer ma crotte, ma contribution, ma bouteille à la mer…

En vrac, je vous prends des morceaux choisis de ma vie.
Désolée si ça paraît décousu, sans suite logique mais je me sens épuisée mentalement…

– Elevée par des parents asiat un peu particuliers, des survivants de guerre qui ont perdu des membres de leur famille lors de génocides… Les Khmers rouges et la révolution culturelle chinoise sont passés par là.
J’ai vécu toute mon enfance et mon adolescence avec des parents endettés aux revenus modestes vivant dans un studio, un 18 m2 insalubre. Un père alcoolo, violent, autoritaire, très impatient, addict des jeux de hasard, et à une mère schizophrène, immature, illettrée, chômeuse chronique, qui compte toujours sur moi pour que je m’occupe de sa paperasse et de diverses tâches depuis mon enfance. Chez nous, la télé était en permanence allumée, même la nuit, et assez souvent, mon père revenait bourré très tard, et ça gueulait de partout, ça se tapait et moi, je pleurais, je ne pouvais pas dormir, j’avais peur…J’ai grandi en étant épuisée par les nuits blanches subies, les tensions permanentes. Pas assez dormi comme toujours. Pas de chambre pour s’isoler et pas le droit de sortir dehors, de voir des amies, sans les avoir sur le dos jusqu’à 16-17 ans, âge où je me suis rebellée. Chez nous, le dialogue et les marques d’affection, on ne connaît pas.

– Petite, vers 4 ans, je devais porter des chaussures trop petites pour moi parce que ma mère trouvait ça plus joli et qu’elle ne voulait pas que j’ai des pieds de géant.
Et plus tard, à 6 ans, mes parents ne voulaient pas non plus que je porte de lunettes, du moins, le moins possible, parce que ça me rendait moche. Si j’avais le malheur de les porter devant eux, j’avais de sales remarques, du coup, je ne les portais qu’en cours.
Résultat: ma myopie s’est beaucoup aggravée, et maintenant, j’ai une très forte myopie (-12), complétée par d’autres soucis oculaires dont je connais mal le nom.
Et aujourd’hui, à 24 ans, mon ophtalmo m’a dit que je ne pouvais pas tellement songer à une quelconque opération oculaire, vu que ma cornée est trop fine, et que j’avais des risques de cataracte vers 45-50 ans. En attendant, il me propose de porter des lentilles, mais ce sont des lentilles spéciales qui coûtent la peau des fesses car obligatoirement sur mesure… Comme quoi, mes inquiétudes étaient justes: je me suis toujours dit depuis petite que j’allais finir aveugle une fois adulte…

– De la maternelle jusqu’au collège inclus, je n’ai jamais été populaire, souvent seule dans son coin car jugée étrange, intello, pas à la mode donc pas fréquentable. Parfois, je servais de tête de turc aussi…

– Au lycée, j’ai pété les plombs à l’époque du bac. Des cauchemars atroces presque toutes les nuits pendant un an, dépression, des parents toujours plus oppressants et la cadence des devoirs… Résultat: un séjour de quelques semaines dans une clinique pour jeunes en difficulté (sous-entendus: suicidaires) alors que je n’étais pas suicidaire.

-J’ai toujours été rondouillarde voire ronde et les moqueries en continu, ça me connait, même au sein de la famille…

– J’ai toujours été une poisseuse niveau paperasse. Malgré le fait que je fasse toujours attention de bien envoyer à temps avec tout les documents nécessaires, de bien remplir les formulaires, etc, j’ai TOUJOURS eu des soucis à ce niveau: ça arrive soit trop tard par la poste, ça ne prend pas en compte mon dossier, mon dossier se perd, etc… Et évidemment, tout ça a des conséquences bien déplaisantes, comme des remboursements médicaux non pris en compte…

-J’ai bien le bac, même un bac +2 mais dans un domaine qui ne sert à RIEN. A savoir en arts. Autant dire que je suis condamnée au chômage si je reste dans le domaine, qui ne me passionne plus d’ailleurs, les études m’en ont dégoûtée. D’ailleurs, niveau boulot, j’enchaîne les jobs temporaires mensuels ou bimensuels et les LONGUES périodes de chômage. Et quand je taffe, je tombe souvent sur des patrons véreux, malhonnêtes, qui parlent à leur employés comme des merdes. Très motivant tout ça… J’ai beau avoir développé un fort caractère, qui me permet de me défendre face à ces enfoirés, mais tout ça m’épuise….
Actuellement, je n’ai pas trop le choix, je passe mon permis de conduire, pour avoir une chance d’avoir un boulot stable (même si je ne sais pas tellement, au final, que faire comme métier après en avoir testé plusieurs….). J’enchaîne les heures à une vitesse folle… Je dois bien être à ma 80e heure, je crois, je ne compte même plus. Il paraît que je conduis bien maintenant mais que j’analyse pas assez bien et vite les situations. Perso, je pense surtout que mes yeux me posent problème. Je me demande surtout si je pourrais le finir et l’avoir un jour… D’ailleurs, aujourd’hui, par mon ophtalmo, j’ai aussi appris que si un jour j’obtiens mon permis, et bien mon permis risque tout les 5 ans de sauter, si un contrôle médical détecte que mes yeux, très myopes, me rendent inapte à la conduite…. Tout ça, tout ce temps perdu (plus d’un an que je poirote à cause de ça), tout cet argent pour un permis incertain dans le temps. Blasant…

– Depuis 2 ans, parce que j’ai suivi mon compagnon (un compagnon dont je me demande toujours si je suis faite pour lui….), je m’enterre dans un bled pourri et perdu où il n’y a rien à faire d’intéressant, coincée entre des bourgeois dédaigneux et des weshwesh. Il n’y a quasiment pas de vie associative dans le coin. La loose, la vie n’a plus de goût, les jours défilent et sont fades. Je m’ennuie en attendant d’avoir mon permis, je m’ennuie sur le net, j’ai plus envie de créer, j’en ai marre d’être isolée…. Mes potes ne viennent pas dans mon coin car ils trouvent que le trajet coûte bonbon, puis… ils n’ont pas le temps, disent-ils. Alors c’est toujours moi qui me déplace alors que je n’ai pas grand chose dans le porte-monnaie….. De tout de façon, je me demande si j’ai vraiment des amis. 

– En parlant du permis… 3 passages au code. 6 fautes les 2 premières fois… Juste un point qui m’empêchait de l’avoir ce fichu code. Et entre les différents passages, que de mois passés à attendre une date, sans réponse… Il nous a fallu débourser plus de 500 euros (hôtel+ stage de code dans la nouvelle auto-école) pour le repasser ailleurs de manière accélérée et… l’avoir, en seulement 2-3 semaines. Abusé.

– Il y a quelques semaines, mon medecin généraliste m’a annoncé que j’étais spasmophile.
Et à ce moment-là, j’ai compris d’où venaient tout ces maux que je ressentais depuis si longtemps.
Tout ces maux de tête violents, cette insomnie, ce stress permanent, ces angines de poitrines, ces déprimes à répétition que j’ai depuis l’enfance, c’est donc ça??? Et mes parents s’en foutaient? Des souffrances qui auraient pu être épargnées s’ils étaient davantage occupé de moi. Maintenant, je dois suivre un traitement avec plusieurs médocs sur plusieurs mois voire un an, ou plus… Seul l’avenir me le dira.

Bon, là, je pense que j’ai fini. Je suis sûre que j’ai sauté pleins d’épisodes de ma vie, mais je suis fatiguée de les énoncer et vous, j’imagine, de les lire…

Par Quelqu’un

2 Commentaires

  1. M.Nobody dit :

    Salut « Quelqu’un »,

    Il semble que je sois venu sur ce site de la même manière que toi, je n’ai qu’entré « J’ai pas de chance » dans la recherche Google, puis cliqué sur « J’ai de la chance » (comble de l’ironie) et j’arrivais aussitôt sur ce site. Pour ma part, j’oserais admettre que c’est plutôt par masochisme que je faisais cette recherche ou peut-être, serait-il plus approprié, par mélancolie. Et voilà que je retrouve ce que je redoutais : des gens bien plus malheureux que moi, des gens sur qui la vie s’est beaucoup plus acharnée. Alors je me fais face; Pourquoi tant de reproches ? Pourquoi tant de tristesse ? Mon parcours n’a rien de comparable à ce que vous semblez avoir vécus, toi, l’auteur de l’article précédent et tant d’autres gens, j’en suis conscient. il serait, sans doute, malhonnête de me replier sur mon propre sort, alors que d’autres ont de véritables raisons de se sentir mal. J’aimerais beaucoup t’aider, te dire que tout finira pas s’arranger et que tout s’arrange, mais s’il n’en était pas ainsi ? Si le temps, dans ce cas-ci, ne suffisait pas à estomper la douleur ? Eh bien, je te dirais Carpe Diem ! Oui, aussi simple que ça, Carpe Diem. « C’est aujourd’hui qu’il faut vivre », hier n’est plus et demain n’est que destination. Vis, vis maintenant et pour toi. Sois qui tu es, aie de l’ambition si tu en as envie, lis tout ce qui de passe sous le nez, marche 4 heures par jour , tricote toi des mitaines ou collectionne les roches à forme ovale, peu importe, mais tout importe ! À ce propos, avoir un Bac en Art, ce n’est pas rien.. Peut-être ne trouveras-tu pas un travail dans ce domaine, mais le savoir, cette connaissance que tu possèdes, est beaucoup plus important que l’argent et cette société capitaliste dans laquelle nous vivons. L’art est l’une des plus belles choses que l’homme eût créé, « l’art pour l’art », sans pensée opportuniste. Tu as aussi une très belle main, j’ai pu le remarquer, alors peut-être que l’écriture t’intéresse assez pour que tu en fasses une passion ? Moi, j’ai un intérêt pour les citations, car je pense que chaque homme à quelque chose à dire et qu’à ce moment, il faut tout arrêter, puis tendre l’oreille. J’ai justement pour toi une très belle citation qui vient de Charles R. Swindoll (en anglais puisque la traduire serait indécent): “Life is 10% what happens to you and 90% how you react to it”. Soit donc confiante et radiante et chaque jour te le rendra ! Sur ce, je dois te laisser. Prends soin de toi (et ceci n’est pas dit à la légère).

    Merci . :)

    JP

    • bernique dit :

      En tout cas, vous avez le sens de l’humour , ça c’est de l’or ! Je regrette une chose de ma vie : c’est d’avoir eu trop de délicatesse mais désormais je fusille les gens dés qu’ils me pompent l’air; courage et belle vie à vous.