Accueil » Malchance de tous les jours » Poisse… quand tu nous tiens !

Alors pour ce qui me concerne, le record de la poisse a été atteint en 2005-2006 ! Depuis la poisse continue, avec phases plus ou moins clémentes.

– Eté 2005 : je me fais larguer par mon mec sur répondeur comme une moins que rien après 6 mois de relation. Je n’ai jamais pu vider mon sac car il a fui comme un lâche… Il me traumatise des hommes pendant plus d’un an et demi

– Quelques mois après, je perd un oncle dans des circonstances très tristes et inattendues…

Une bonne nouvelle quand même: je trouve un mec super après l’autre connard

– Quelques mois après, la famille est ruinée. On apprend en live à la tv au flash info, les flics ceinturent 2 sociétés à Madrid. Mes parents avec qui je vis, sont victimes d’une énorme arnaque en Espagne (type Madoff mais argent non placé en bourse, garanti et arnaque touchant 450 000 familles modestes / des personnes âgées). Mes parents perdent leurs économies de toute une vie dont ils n’ont jamais profité et avec des salaires au smic. On fonde une asso mais elle ne sert à rien car on se sent bien petits / impuissants : on s’est tous fait rouler, la société très connue et ayant opéré en toute impunité pendant 27 ans est insolvable et le fric détourné dans une dizaine de pays et divers paradis fiscaux… bonne chance pour le retrouver…!

– Summum: en rentrant de vacances en train en été, mon train déraille ! Le chauffeur a visiblement fait une erreur, il roule trop vite, on heurte les piliers d’un pont. Par chance dans mon malheur, j’ai survécu au drame et n’ai pas fini paralysée alors que 7 personnes sont mortes… Je me retrouve avec une vertèbre lombaire fracturée… hospitalisée, les médias espagnols sont partout. Un vrai cauchemar. Traumatisée et rapatriée en stress… Arretée et cloitrée chez moi pendant des mois + disputes à gogo avec ma famille. Je pète les plombs, je me sens seule et abandonnée, je fais une dépression… et comme je n’ai ni boulot ni revenus, je reste coincée, chez mes parents et ne peux tjs pas me prendre d’appart à 25 ans…

– Car j’étais étudiante et en CDD « exploitation » constament renouvelés, avec cet accident j’ai loupé un boulot… après 3 ans et demi d’attente, patience et d’efforts pour un poste, celui-ci se libère après mon accident et la boite embauche qqn quand je suis arretée… je me dis qu’après tout c’est le destin et que j’ai fait mon temps là bas.

– Après mon long arret maladie je cherche du boulot… je me dis : pas de raison, avec de la motivation et étant bardée de diplomes et ayant été poissarde, la chance va me sourire à nouveau ! je trouve un cdd de 3 à 6 mois maxi dans l’offre : pour me convaincre de prendre 6 mois d’office on me dit qu’il sera impossible de le renouveler, ou je reste ou je saute après ces 6 mois. Je peux de plus évoluer dans ce poste si je me débrouille bien…

Mais là il y a fusion méga historique avec notre concurrent n°1 + tout ce qu’on m’a dit est faux. Je fais mon boulot nickel, les gens m’apprécient tous, mais on ne me donne rien car on se fout de ma gueule. Il s’agissait d’une carotte pour me faire accepter. Le CDD est malgré tout renouvelé (je me dis bon, c’est normal y’a une fusion donc c’est tendu allez sois patiente, ça paiera) et là comme je veux savoir à quoi je dois m’attendre en terme d’évolution de carrière pour prendre une décision en fin de CDD, commence une phase de harcèlement par ma DRH qui me fait des coups de p***… Trop c’est trop, je me dis que je vaux mieux que ça et ne vais pas me flinguer la santé, donc je pars après mon 2ème CDD… me disant que j’ai voulu me précipiter vers n’importe quel boulot après des mois d’inactivité et que maintenant ça ne peut pas être pire + que la roue va tourner après tous les efforts que j’ai fait dans ma vie.

– Et là je cherche… c’est l’été il n’y a donc pas grand chose. Puis ensuite la crise éclate… puis je cherche du boulot non stop, mais même en baissant mes prétentions en termes de poste et en salaire, rien… pendant 1 an!

Heureusement je trouve qqch de pas trop mal au bout d’un an : je me dis enfin je vais gouter au bonheur, je vais me prendre un appart… le point positif est que j’y arrive. il y a donc une phase d’accalmie.

– Mais voilà encore que les problèmes arrivent (plein de trucs), menace de fermeture de ma cellule… on en profite donc pour me faire accepter ce qu’on veut et je me fais arnaquer grave… et me dis c’est reparti je vais encore devoir rechercher du boulot ailleurs. je n’en peux plus de cette dynamique de loser… + la société de mon homme a des problèmes, elle risque de faire faillite… on n’est donc loin d’être tranquilles, au moment où on peut ENFIN profiter de notre couple et notre appart, après près de 3 ans et demi d’attente

Et pour info, je précise qu’à chaque fois que je suis partie en vacances (avion) il m’est arrivé qqch: typhoïde alors que je me suis fait vacciner, annulations de vols car panne technique, vols énormément retardés, panne et changement d’avion… c’est systématique. Dès que je pars qque part il se passe qqch!

Voyons si 2010 rimera avec chance pour de bon, ou bien malchance… en tous cas je vous souhaite à tous plus de bol !!

Voilà , c’était Calimero la poissarde !

1 Commentaire

  1. Nathalie dit :

    Depuis des années le mois d’août est synonyme de catastrophe, accident, déces, maladie. Ce mois-ci je pensais m’en être sauvée puisqu’on est rendue au 30 août et bien non!! ma petit fille a due se rendre en ambulance a l’hopital après avoir ingurgiter un nettoyant toxique. Est-ce qu’il y en a d’autre comme moi qui ont un mois ou la poisse leur tombe dessus et que ce soit toujours le même???. J’en suis rendue a me demander si je n’ai pas fait a un moment donné quelque chose de mal dans le mois d’août et que la je paye a toutes les années….Si je pouvais réparer pour que ca s’arrête mais je ne sais pas ce que j’ai bien pu faire…L’an passé 2 décès un le premier août, l’autre dans le milieu…l’année d’avant un accident d’auto le 25 août et ainsi de suite jusqu’en 1995 ou j’ai eu un grave accident d’auto…qui a failli me couter la vie…